COPROPHAGIE

 

 

 

Coprophagie

 

Pour éviter la coprophagie chez le chien, l’acide glutamique à 250 mg par gélules peut être intéressant, à raison d’1 à 2 gélules par repas.

(Source : Dominique Ranson-Cock)

 

Eléments de réflexion concernant la coprophagie, compilés par le groupe Zoopsy-SudOuest.

 

 Quelques questions :

• Mange-t-il les siennes, celles d’autres chiens, d’autres espèces ? La fréquence chez les adultes semble être : autres espèces, bien moins autres chiens, encore moins fréquent pour ses propres selles.

• Avec quelle fréquence ? Distinguer les opportunistes des « coproboulimiques »

• Explorer l’alimentation et la digestion, au moins dans ses aspects visibles par les propriétaires.

• Ingère-t-il d’autres choses surprenantes ?

• Est-ce un comportement d’apparition récente ou est-il habituel ? Et dans ce cas pourquoi s’en préoccuper maintenant ?

 

 Quelles hypothèses ?

• Si ce sont les siennes, commencer par la digestibilité de l’aliment distribué, envisager des troubles digestifs (aspect des selles ?), des troubles de l’assimilation…

• Troubles comportementaux incluant la coprophagie dans leur tableau clinique :

•           HSHA

•           Trouble de la communication

•           Punitions a posteriori

•           Dépression d’involution, troubles du chien âgé en général

•           Compétition avec les propriétaires, notamment le renforcement précoce chez les chiots

•           Troubles du développement, notamment les chiots en chenil dans des espaces limités.

 Quelles pistes de solution ?

1. expliquer que c’est « normal », tout en admettant que c’est désagréable ( !!!) – observer si le recadrage est suffisant

2. pas de danger particulier, penser quand même à vermifuger…

3. techniques pour l’empêcher :

•           ne pas entrer en compétition avec le chien, donc ne pas se précipiter sur lui

•           faire au contraire une diversion pour l’attirer ailleurs, prévoir des stimuli disruptifs les plus motivants possibles

•           déposer sur les crottes présentes des substances vomitives, du poivre, du piment, du tabasco…

•           électrifier les merdes !? Comme certains parviennent à le faire avec des canards ou des poules pour déconditionner les chiens tueurs de volailles…

 

 

 

Actualités

VETOPEDIA
Fiche conseil


Mon animal est opéré

Une intervention chirurgicale est toujours une étape angoissante pour le propriétaire. Il faut comprendre les enjeux d’une opération. N’hésitez donc pas à bien poser toutes vos questions à votre vétérinaire. 
Lire la suite

Mon compte
Inscription
Mon compte
Newsletter